DSCF4291

Alors, le unschooling, concrètement, qu'est-ce que c'est?

Et bien, d'abord, ce n'est certainement pas concret!

L'étymologie du mot est bien: pas de scolaire. Donc, pas de formel.

L'enfant apprend par imprégnation du milieu naturel et du milieu culturel dans lequel il évolue.

Il apprend en absorbant par transmission orale, visuelle, tactile.

Le unschooling n'était pas, dans notre famille, un choix initial, mais un choix initié par des circonstances de vie.

Naissances, déménagements, désintoxication scolaire.....ce n'est pas le mouvement américain du unschooling qui nous a inspirés au départ, mais l'enseignement vu par Socrate, par Aristote. Ce que j'ai appelé notre "éducation à la grecque". Que j'ai entendu, lu, formaliser par la suite en "conversation sociale" (v. Alan Thomas)

J'en avais rendu témoignage dans un bulletin de led'a que nous avions rédigé.

"Elle (l'éducation "à la grecque") est inscrite sur les pas du déambulatoire construit à Athènes au milieu d'un bosquet. Notre gymmnase à nous c'est le canapé, la table du séjour, une promenade.

Tout par d'une question, on développe, je suis la doula de mes enfants, pas leur instructrice, enfin, il en a fallu du temps pour en arriver là. Je leur apprends à douter, à argumenter, à réfléchir partant de ce qu'ils ont en eux et en sachant m'effacer tant que ce faire se peut pour qu'ils deviennent autonomes dans cette démarche. Pour ce qui est de la connaissance au sens académique actuel du terme (quel grand écart avec la signification primitive du mot et quelle manipulation de sens!), les enfants la piochent eux-mêmes dans l'univers scribal ou oral gigantesque qui les entourent (bibliothèque familiale, jeux pédagogiques, instruments de musiques, internet,....) et surtout, ils apprennent à l'utiliser. (.....) Et tant que c'est possible, je tâche de les mettre en contact avec un adulte référent,  qui peut partager avec eux une passion, une expérience. Une petite fenêtre sur le vrai monde adulte dont ils sont coupés à l'école. 

En contact avec la nature, aussi, parce que nous vivons en ville, en appart, et que j'ai toujours pensé qu'on ne pouvait se construire vraiment qu'en symbiose avec la nature, et tous les éléments qui la composent."

Chez notre super voisin passioné de sciences:

DSCF2284

DSCF2287

DSCF2291

DSCF2293

Avec un groupe de non-sco, construction d'un bateau solaire et concours contre des classes scolaires:

DSCF6796

DSCF6797DSCF6816DSCF6818

pendant ce temps, avec les petits, construction d'une mini-cabane: droite, courbe, souple, rigide...

 

Participation à des expositions scientifiques:

DSCF1327

DSCF1337

 

Alan Thomas est un chercheur qui consacre toutes ses études à l'apprentissage à la maison, et plus particulièrement, aux apprentissages informels. Voici un extrait de ce qu'il écrit* (il se trouve dans une famille australienne qui pratique les apprentissages informels, il trouve "qu'il ne se passe rien").

"Mais le mercredi, il se passa par hasard un évènement. Ils étaient assis autour de la table de la cuisine à faire des choses qui les intéressaient. La mère faisait la cuisine et j'étais assis avec mon carnet de notes, et la conversation allait de la politique à "est-ce que nous pourrons avoir des pains au lait pour le goûter?". Toutes sortes de sujets sont venus. J'ai pensé: "Waouh, c'est de l'apprentissage au travers de la conversation sociale". Il y avait de petites pépites d'apprentissages là-dedans! Personne n'y pensait. Ils l'acceptaient tous simplement".

Un stage de cirque avec des non-scos:

DSCF1385

Un autre de papier mâché avec des non-scos et des grands qui jouent les ingénieurs fabriquants de briques en papier:

 

DSCF1591DSCF1593DSCF1581

La cité des sciences à Paris:

DSCF2680DSCF2702DSCF2710

Une expo temporaire merveilleuse à Paris:

paris_080

Anaïs avait pour l'occasion appris, toute seule!, un grand nombre d'hiéroglyphes. Lorsqu'elle s'est mise à traduire une plaque, pour ses plus jeunes frères et soeurs, il y a eu un attroupement d'adultes, fascinés. C'était un moment magique, où les clivages habituels enfants/adultes, enseigants/enseignés étaient renversés.

paris_272

De surprise et d'extase, Ulysse, 10 mois à l'époque, s'est tenu debout, seul, devant les Nymphéas de Monet. Aussi un moment de pure magie!

paris_275paris_253

1) Les enfants ne se sont JAMAIS ennuyé dans un musée. 2) César et César!!!! : )

 

Ce blog est né de ce souci de préserver les apprentissages naturels de l'enfant.

J'y ai posté toute mes frustrations d'instructrice. Fait toutes les recherches d'enseignement formel non scolaire. Et pendant que je documentais, conseillais, les parents qui surfent sur les apprentissages autonomes un peu structurés ou sur des apprentissages formels hors cpc, je laissais les miens vivre leur vie.

Car comme l'a dit J.A Taylor, "L'enfance n'est pas une préparation à la vie, l'enfance est la vie".

Donc, concrètement, il y avait à la maison du matériel. Des alphas en disposition libre. La tour rose et l'escalier marron, la banque montessori en perles. Le cabinet de géographie et de géométrie Montessori. L'imagier du Père castor (la boîte). le coffret architekt des frères Lyons. Et des fichiers qui n'ont jamais servi. A peine un peu le compétence mémoire (2 ou 3 fois) et celui qui apprend à décoder le dessin humoristique (les 3 premières fiches).

Quelques leçons sur l'adverbe pour les plus grands. Une par an.

Pas d'horaires. César se levait à 6H du mat' pour lire des BD et des encyclos, des magazines jusqu'à 9 H. Sa journée était terminée. Un peu de manip' quand il le "sentait", et puis c'est tout. Anaïs travaillait comme une folle en juillet, quand elle était en vacances chez son père (un phénomène chronobiologique?).

 Mais alors qu'est-ce qu'on fait quand on est DANS la maison?

DSCF0015DSCF0046DSCF0048

on manipule ce qu'on veut quand on veut.....COMME on veut!

 DSCF0043DSCF0060

On fait découvrir à ses parents que grands ou petits, ayant connu l'école ou pas, l'enfant aime naturellement travailler PAR TERRE!

DSCF0058DSCF0054DSCF0052

On raconte des histoires, on partage l'instruction en fratrie; on expérimente l'écriture et maman a organisé des supports variés autour de nous! Un tableau noir sur la porte, un tableau de feutre fait maison qu'on peut traîner partout pour accorcher des animaux à scratch que l'on classe avec différentes catégories que nous inventons,....

DSCF0237

 On nourrit des fourmis, en bas de l'immeuble....un élevage en ville!

 DSCF0034DSCF4587 - Copie

On est soi-même, dans son monde, dans son univers, sans contraintes.

Un dirigeant de mon église a dit, "il faudrait dans chaque maison un piano, une chaise à bascule et une bibliothèque".

 

Pourtant, lorsque nous avons été contraint de rescolariser Héloïse -qui ne savait ni lire, ni écrire ni compter à 7 ans- ces maniplations libres d'alphas (depuis l'âge de 3 ans), visionnage du DVD, manipulation libre des lettres rugueuses de la collection Balthazar et traçage dans le sable ont permis de lancer une apprentissage du déchiffrage accéléré en 10 jours franchement spectaculaire.

DSCF0012

Pourtant lorsqu'Anaïs ne savait pas faire d'addition de fraction à 17 ans, n'ayant eu pour tout bagage mathématique (déscolarisation en 6 ème) que le visionnage des feuilletons "Numbers" avec papotages à la clé et que l'histoire et les théories (transmission orale de ma part) des grands mathématiciens grecs, il ne lui a fallu que 4 mois de mathématiques intensives pour passer le jury, équivalent belge du BAC S.

Depuis 2010, nous nous acheminons doucement vers une instruction plus formelle, mais toujours "alternative" et relativement "autonome".

 Parce que tout d'abord, actuellement, tous nos enfants sont à l'école, par contrainte judiciaire.

Ce qui demande beaucoup de soutien de notre part. En plus des apprentissages académiques qu'ils doivent ingurgiter sous la forme d'un gavage d'oie, ils doivent aussi supporter les rythmes scolaires insupportables, le "devenir élève" et l'absolue anti-ergonomie des propositions scolaires. Même notre fille Jeanne, 13 ans, nous explique que le plus difficile pour elle est de rester assise sans bouger pendant toutes ces longues heures.

Donc, actuellement, je prépare un retour vers une instruction en famille mais plus formelle, d'où les images d'instruction plus cadrées qui paraissent sur nos blogs familiaux.

Mon mari souhaite que nous reprenions l'instruction de nos enfants différemment, et cela à un écho aussi dans mon envie d'être plus l'instructrice, l'éducatrice de mes enfants.

Cela répond aussi à des réalités de l'enfant.

Notre aînée était une pure "unschooleuse", notre second aurait eu besoin d'apprentissages plus formels et plus structurés. Ce qui est aussi le cas de notre 4 ème.

Le petit dernier est lui aussi, un "unschooleur" pur sucre.

Lorsque je lui ai présenté les réglettes cuisenaire, il en a fait des châteaux, des tours. Peut-être n'aurais-je pas dû le laisser "jouer" avec le matériel pédagogique....mais le réflexe unscho qui dit que toute manipulation est un apprentissage est profondément et heureusement inscrit en moi.

DSCF3632

Donc, pour le "formel" avec Ulysse, nous passons par l'ordi. La capacité de concentration qu'il y développe est impressionante. Brain POP, Starfall, IXL (gratuit une vingtaine de minutes/jour quand on ne s'en sert pas tous les jours). Il peut regarder un doc sur Arte pendant une heure sans broncher, en posant des questions pertinentes, et en ayant préféré ça à un cartoon!!!

DSCF3623

Il a appris à lire en jouant aux petites voitures sous la table où Héloïse anônnait ses alphas, ses phonèmes. Il fait tous ses devoirs de CE1 de grammaire oralement (!!!!!!!) alors qu'il n'a jamais voulu s'assoir à table lorsque je "joue" avec du matériel montessori (la ferme) pour apprendre de la grammaire avec Héloïse. Parfois, pourtant, il accepte de participer un peu, mais il faut avouer que c'est une vraie bénédiction d'avoir un enfant qui a 2 ans de plus et dont il absorbe comme une éponge tous les enseignements.

Cela me fait un peu penser aux cours de maths que j'ai donné pendant quelques mois à une voisine qui préparait le CRPE. 2 heures chaque vendredi. les 3 grands s'installaient à table, silencieusement, et écoutaient quasiment toute la leçon. Jamais ils ne l'auraient fait si elle leur avait directement été destinée!

Aujourd'hui, je visionne de petites démos sur internet avec Jeanne, qui trouvait ça très nul l'an dernier, trop formel, mais qui, au regard de ce qu'elle apprend en mathématiques au collège, et surtout de la façon d'enseigner, trouve cela très intéressant aujourd'hui.

Pour nous, le unschooling fut, ce qui ne veut pas dire que je n'en fais pas la promotion ou que je ne continue pas d'en rendre témoignage.

*"Apprentissage auto-géré et instruction à la maison, une perspective européenne" disponible à led'a