Ces statistiques datent de 2013 -j'ai dépoussiéré un ancien article- mais n'ont pas beaucoup bougé depuis (on ne comptera pas "l'effet COVID").

Elles sont le point de départ d'un état des lieux de la situation française de l'instruction en famille, comparée à celle d'un pays culturellement différent, mais occidental et où certains paradigmes peuvent se retrouver en commun. 

La question du respect de la sphère privée et du placement de la sphère de l'esprit patriotique, en France, dans le système scolaire, ce qui est en opposition totale avec la loi qui dit que l'éducation est prioritairement du ressort des parents, ne semble pas troubler l'administration. En France, le sentiment, la conviction fait force de loi et celle-ci n'est malheureusement pas souvent respectée par les institutions. Impensable aux US....

homeschoolingmap

 

Homeschooled: How American Homeschoolers Measure UpDes statistiques et un état des lieux vraiment très intéressant de la situation du homeschooling aux US.

Le rapprochement avec la situation française éveille la curiosité!

J'ai été très surprise de découvrir que la légalisation de l'instruction en famille était relativement récente aux US: 1993, c'est l'année de naissance de ma grande, soit 27 ans. Même si 20 états avaient déjà ouvert cette possibilité depuis 1980. Ce qui permet d'avoir aussi des statistiques de "long terme".

Que sont-ils devenus, qu'en pensent-ils adultes, etc...

En 1999, 1,7% de la population était instruite en famille. 4% en 2010 ..... une progression fulgurante qui fait envie!

Bien entendu, il faut compter avec l'état d'esprit de la population. L'enseignement est fédéralisé, il n'y a pas, donc, comme en France, une "éducation nationale", vénérable institution que l'on trahirait outrageusement en quittant son giron. Le patriotisme américain se place dans l'armée, enfin, dans toutes sortes d'autres institutions mais ce qui ressort du domaine familial est considéré comme très privé et le respect absolu et inconditionnel des libertés individuelles a facilité cet essor formidable.

En France, être différent n'est pas un droit, c'est une trahison couverte d'opprobe.

Être individualiste n'est pas un droit fondamental inscrit dans la constitution, c'est un crime de lèse-République.

Répondre aux lois naturelles qui font du parent celui à qui a été confié l'Enfant et l'extraire un tant soit peu de l'élevage/formatage en batterie pour une éducation plus biologique et plus libre est un acte de haute trahison.

Le dessin animé "Fourmiz" n'aurait pu naître en France. La France est une fourmillière où sortir des sentiers battus semble une intolérable atteinte au bon fonctionnement de la communauté toute entière.

Alors, comme un bol d'O2, je navigue souvent, virtuellement, Outre-Atlantique.

Ce sont plutôt des familles très nombreuses qui y pratiquent l'IEF. Ce qui ne me semble pas être le cas de la France. Les motivations aussi sont radicalement différentes. Qui oserait dire ici qu'il pratique l'IEF pour des raisons religieuses? Même si depuis la loi sur le voile en public, le mouvement de déscolarisation des familles musulmanes a pris de l'ampleur. Et qu'il est certainement légitime de s'interroger à ce sujet.

La question de l'environnement plus sain et plus protégé trouvera un écho ici, en France, par contre, et alors qu'aux US la question des besoins spéciaux est portion congrue, elle est, ici, très vibrante, la France répondant malheureusement très mal à ces derniers.

Je serai curieuse de connaître les motivations des belges et des canadiens francophonnes.

Il me semble que le niveau d'instruction des parents est un peu plus bas en france. ce serait intéressant d'établir une statistique, même si c'est assez tabou, tout comme l'ethnie. On la retrouve systématiquement lorsque l'on cherche une école aux states, j'ai été très étonnée de ne pas la voir figurer ici (en france, on trouverait cela choquant).

J'ai également été interpellée par l'avenir de ces homeschoolers qui sont dans l'ensemble plutôt satisfait de leur éducation en famille, et on plutôt bien réussi,en s'adaptant naturellement dans la société. Jai retrouvé dans cette étude deux phénomènes observés chez mes enfants et aussi dans d'autres familles IEF: les enfants non-scos lisent plus, se mêle activement à la société qui les entoure et sont sensiblement mieux avertis des fonctionnements de leur gouvernement et de la politique en général.

Et, bien sûr, même si certains états prévoient des crédits d'impôts (waouw!) ou offrent des cours gratuits sur le net, le point noir reste que ce choix est plus onéreux, aux US, que l'école publique. Je suis certaine que la proportion n'est absolument pas la même en France, où l'éducation n'est pas gratuite, loin de là!!!! Mais le fait est que les injustices dans ce domaine, comme la non-attribution de l'ARS sont vraiment flagrantes et sans solutions aujourd'hui.

Last but not least, si on y tient, il y a la possibilité de choisir l'Etat dans lequel on va vivre et donc de rester dans son pays. En Californie, une déclaration suffit. On doit se déclarer en tant qu'école, lui trouver un nom,et promettre d'utiliser l'anglais comme langue principale. Les groupes de soutien y...pulullent, on en trouve même par confessions.... Das le Maryland, les parents rassemblent un port-folio qui est communiqué plusieurs fois par an.

Bref, à la lecture de ce document on pourrait se prendre à espérer..... en gardant conscience que ce qui pousse là-bas ne pourra peut-être pas prendre racine ici......